nué(e)

_MG_4337.jpg
gilet9.jpg
gilet10.jpg
_MG_4334.jpg
_MG_4338.jpg
gilet7.jpg
gilet>6.jpg
gilet8.jpg
gilet5.jpg
gilet4.jpg
_MG_4349.jpg
gilet2.jpg
_MG_4350.jpg
_MG_4343.jpg
_MG_4345.jpg
_MG_4352.jpg
gilet1.jpg
gilet3.jpg

Nué(e), 18 gilets confectionnés, série en cours, textiles divers, bande réfléchissantes, dimensions variables,  2020

© Ermis Papastamou

_MG_4448.jpg
gilet ensemble.jpg

Nué(e), 18 gilets confectionnés, série en cours, textiles divers, bande réfléchissantes, dimensions variables, 2020, 

vue d'exposition, DNSEP, galerie commune, 2020

© Ermis Papastamou

Une collection se déploie face à nous, suivant un horizon argenté. 

Chacun de ces gilets fait parti d’un ensemble et à la fois s’y distingue. 

 

Une nuée, à la fois nuancier, nuancée et nuée tel un «nuage 

de grande étendue, généralement épais et sombre, annonciateur 

de pluie ou d’orage». Aussi bien qu’une foule, qu’une multitude, 

qu’un ensemble, revendiquant, s’exclamant, des désirs, leurs désirs.

 

Faire corps, tout en étant soi-même. 

L’utilisation du gilet jaune, aujourd’hui symbole, 

propose une réflexion sur la notion de rassemblement. 

La visibilité de ce gilet y est remplacée par une multitude 

de matériaux (textiles ou autres) pour en offrir autre chose. 

Un autre chose qui questionne cet ensemble homogène 

et hétérogène. 

 

Au delà de l’assimilation formelle au mouvement des Gilets Jaunes, 

c’est un dessin au mur qui est proposé. 

Un chemin argenté se dessine, suivant les courbes 

de chaque vêtement, comme un fil d’Ariane.

Nué(e) questionne la manière de faire corps ensemble.