vente de votes blancs

Vente de votes blancs, en réalité de bulletins collorés, 

propose de réfléchir au système 

de représentation populaire, démocratique. 

Le poids de notre parole est-il seulement 

un morceau de papier dans une boîte ?

 

Aujourd’hui, il est important de se questionner 

sur nos manières de prendre la parole, 

pour se faire entendre et se rendre visible.

Action interrogeant à la fois l’inertie d’un système 

de représentativité citoyenne et son potentiel revendicateur. 

Repenser ces appareils étatiques pour en être réellement

les protagonistes, les acteur.ice.s, voire les auteur.ice.s. 

L’interpellation est un face-à-face, libre et autoritaire.

Cette action prend l’appui du trottoir comme seul espace 

désigné/destiné pour cette parole. 

 

À l’abord d’un trottoir. 

C’est un mi-chemin proposant un réengagement, 

plus seulement par le simple geste de voter, 

mais par celui de se questionner, autrement.

 

Le positionement est au centre de tout rapport politique. 

Devons-nous nous positionner, prendre parti ? 

En tant qu’artiste.s, citoyen.ne.s, individu.e.s, 

avons-nous encore ce choix aujourd’hui ?

votes blanc.jpg
_MG_4421.jpg

Vente de votes blancs, Installation, photographie d’une performance réalisée pendant les élections municipales, le 15 mars 2020, à Lille, bulletin colorés, 2020, 

vue d'exposition, DNSEP,  galerie commune, Tourcoing, 2020 © Ermis Papastamou